Partagez|

Solomon Wayland :p

relaxator
Messages : 8
Date d'inscription : 04/03/2014
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Solomon Wayland :p  Sam 15 Mar - 3:45







Red Sorrow by audiomachine on Grooveshark












  • Âge : 42ans
  • Guilde : Quatro Cerberus
  • Rang : Rang B
  • Surnom : L'observateur
  • Magie : Take over : Angel Soul
  • Magie Secondaire : /
  • Armes : Un baton, si on peut considérer ça comme une arme.




    Particularités Physiques :

    Comment décrire Solomon, en voilà une bonne question ! D'apparence plus âgée qu'il ne l'est réellement, l'homme de foi a pourtant gardé la vigueur et la force de sa jeunesse. La belle époque, avant que ses cheveux ne prennent une teinte grisonnante, qu'une barbichette ne montre le bout de son nez et que de douces rides fassent leurs apparitions. À l'époque, il aurait pu en séduire des donzelles, si seulement il n'avait pas rejoint les ordres. Mais ça, c'était avant, son charme s'était évanoui avec le temps. C'était un jeune homme qui croquait la vie à pleine dent, un peu trop vous diront certains, mais ne les écoutez pas. Le visage de l'homme est marqué par une vie déjà passée et bien vécue, mais ne vous fiez pas à son apparence ! D'ailleurs, en y prêtant un petit peu attention, vous verrez que, derrière ses petites lunettes rondes, ses yeux pétillent encore d'une énergie explosive. Du haut de son mètre quatre-vingts, il illustre la figure paternelle. Loin d'être imposant ou intimidant, il inspire la confiance à la fois par son âge et sa taille. Il ne prête pas une attention particulière à son alimentation et se nourrit de ce son assiette lui propose, un jour une feuille de salade et un autre une imposante par de steak. Ce n'est pas cet étrange régime qui l'empêche de peser un bon quatre-vingts kilos, plus ou moins.

    Revenons un instant sur les ordres, cette profession de foi qu'il a choisi de suivre. Vous le verrez généralement vêtu de son apparat religieux, un trench-coat broché des emblèmes de son culte. Rien de vraiment extraordinaire en soit. Outre l'aspect religieux ? Solomon est un amateur de chemise et de tenues décontractées, des vêtements dans lesquels il se sent à l'aise avec un minimum de classe, tout simplement.

    Maintenant, si jamais un jour il vous arrivait de croiser cet homme à nu, vous pourriez sûrement apercevoir un tatouage, emblème de sa guilde, sur son épaule gauche. Vous pourriez aussi apercevoir une ou deux, peut être trois cicatrices qui lui parcourent le corps, l'une lui zébrant le torse, l'autre le dos ou encore une autre qui vient chevaucher cette dernière, mais qui semble tout de même plus récente. Si jamais vous aviez à lui poser la question d'où tient-il de telle blessure, il vous répondrait sûrement qu'il se les est faites en tombant d'un arbre, en trébuchant dans un caniveau ou autre extravagance...




    Description psychologique :


    Autrefois, un personnage imbu de sa personne, égoïste et à la recherche du pouvoir. Cette ancienne vie lui avait coutée de nombreux problèmes et Solomon s’était juré de changer, de devenir un homme meilleur. Voilà pourquoi il avait rejoint les ordres : le calme de l’esprit et du corps, loin de tous conflits extérieurs son ancienne personnalité ne referait jamais surface. Mais c’est un combat quotidien que le prêtre doit mener, il doit lutter et suivre une routine qu’il s’est lui-même imposé, plus une sorte de rituel, afin de ne pas succomber. Anciennement arrogant et provocateur, il était une tête brûlé qui ne se souciait pas du danger ou des conséquences de ses actes. Désormais, Solomon est devenu quelqu’un de pacifiste, impartial, un observateur au milieu de la foule. Évidemment, avec toute l’agitation qu’il a subit lors de son arrivée à Fiore, il lui fallut redoubler d’effort pour ne pas succomber à la violence, la haine ou la colère. Il se devait de rester dans le droit chemin, il se l’était juré ! Mais le pourrait-il éternellement ?

    Souriant et bon vivant, malgré son impartialité, il trouve toujours quelque chose à dire pour pimenter une discussion et décrocher quelques fous rires. Toujours à l’écoute des autres, il a se côté qu’on lui dirait paternel et protecteur, en revanche il ne parlera jamais de son passé, un sujet qu’il préfère éviter, qu’il préfère oublier. Si un combat venait à éclater, le prêtre ferait tout ce qui est en son possible pour protéger ses proches, même si cela signifiait renoncer à son vœux de pacifisme.

    La curiosité est un vilain défaut de ce que l’on dit. Pourtant, depuis qu’il observe le monde se mouvoir devant lui, le prêtre a pris cette mauvaise habitude de se mêler aux rumeurs qu’il entend : un simple racontar, un récit de comptoir de bar ou un faible murmure dans la rue. Il a aussi pris cette mauvaise habitude de vouloir aider les gens, peut-être un peu trop, peut-être qu’il ne devrait pas se mêler de ce qui ne le regarde pas, mais après avoir passé des années à écouter des gens confesser leurs péchés, il ne peut s’empêcher désormais de s’intéresser aux problèmes des autres. Ce qui lui attire parfois, avouons-le, quelques ennuis.

    Amateur d’opéra, de musique classique, de cognac et de bon vin. Son apparence ne laisserait pas penser cela, mais Solomon a des goûts de luxe. Sûrement son séjour au manoir des Heaven, dans lequel le luxe aurait pu l’éblouir au point de lui donner l’envie de s’y baigner. Il n’a pas forcément les moyens pour se permettre le train de vie dont il reverrait, mais un jour peut être… L’espoir et les rêves font vivres. En attendant, si quelqu’un lui propose une bouteille d’un bon cru, il ne saurait en aucun cas refuser, son petit péché mignon.

    Calme et impartial, le prêtre cache sa haine et sa colère au plus profond de son être, affichant un masque souriant et empreint de confiance. De nombreux sujets l’irritent, comme la curiosité des gens sur son passé, qu’on lui demande de faire preuve de charité ou qu’on lui rappelle ce qu’il doit faire. En effet, suivre l’autorité de ses pères et obéir à une forme de hiérarchie ne sont pas ses plus grandes qualités, mais il fait avec et se garde de répliquer, il se contente de sourire, mais ce jusqu’à quand ?




    Histoire :





    Chapitre I





    La nuit était tombée, une nuit noire et pluvieuse. Un grondement sourd émanait des volcans, maintenant la petite de Lémuria encore éveillée quelques heures. Était-ce cette agitation soudaine, la pleine lune ou bien le moment idéal ? Qui pourrait le dire, il n'empêche que ce fût cette nuit-là que la mécanique c'était mis en marche. Un enfant allait voir le jour ! Et c'est au milieu du grondement terrifiant des volcans, des hurlements de sa mère et de ses propres pleurs que le bambin vit le jour. C'est en l'année X749 que Solomon naquît. Un enfant né lors des rugissements de la bête de Lémuria.

    Rebelle dès son plus jeune âge, il fut dur pour sa famille de l'éduquer. Préférant courir sur le port ou se cacher au pied des montagnes, il lui arrivait souvent de sécher ses leçons pour retrouver des amis, ou des personnes plus ou moins fréquentables. Les années passèrent et son arrogance ne cessa de gagner en puissance. Aucun réel don pour la magie et aucune réelle particularité ne le démarquait des autres. Il se faisait passer pour le chef d'une petite bande de crapule, des chapardeurs qui dérobaient les biens qu'apportaient les navires en provenance de Fiore. Ça avait commencé comme cela du moins, puis, petit à petit, les actes de la petite bande devinrent de plus en plus crapuleux. Vol à main armée, menace, pillage, sabordage et meurtre, plus rien ne les arrêtaient ! La sécurité sur Lémuria était au plus basse et les « Drapeau Blanc », tel était le nom ironique que Solomon avait donné à son groupuscule, pouvaient faire ce qu'ils voulaient sans attendre de répercutions. Ils en étaient persuadés et les années qui défilaient leur avaient donné raison. Jusqu'au jour funeste où l'irréparable se produisit. La bande s'était réunie pour un gros coup : un navire de Fiore qui transportait une précieuse cargaison. Tout s'était bien passé, ils avaient éliminé l'équipage et s'étaient emparés du butin. Un fabuleux trésor à leurs yeux. Mais ils ne purent pas en profiter bien longtemps. En effet, cette cargaison était suivie par une guilde et, bien que la puissance des « drapeaux blancs » n'eût que peu d'égal sur Lémuria, ils ne valaient rien face à ces mages venus de Fiore. Un jour ! C'est tout ce qu'il avait fallu aux mages pour anéantir une vingtaine d'années de cruauté et de violence.

    Vingt-deux ans et il était toujours en vie seulement parce qu'un mage avait bien voulu lui laissé la vie sauve. « Fais quelque chose de ta vie », se furent les paroles du mage qui l'épargna.
    Après cela, Solomon erra sans réel but. Bien que Lémuria fût sa mère patrie, il n'y avait plus sa place. Résigné, il se joignit à l'équipage d'un des navires de Fiore et là commença une longue épopée !





    Chapitre II






    Une épopée pas si longue que cela finalement, puisque ce n'est qu'à peine un mois après avoir quitté sa petite île natale qu'il entrait dans les ordres d'un petit clergé situé non loin de Carmina. En effet, Solomon s'était laissé, durant son séjour sur le navire l'amenant vers Fiore, guider par un vieux prêtre. Ce dernier lui avait conseillé de rejoindre les ordres, cela le calmerait et lui ferait oublier son ancienne vie. La possibilité de devenir quelqu'un de nouveau, d'avoir une seconde chance, avait séduite le jeune homme, qui n'avait pas pu résister à suivre ce vieux prêtre. Même si ce dernier lui avait d'abord paru fou et gâteux, il fallait avouer qu'il savait parler avec diplomatie et apaiser les points sensibles.

    Il commença par faire vœu de pacifisme et renonça à tout acte de violence, tant qu'il serait prêtre. Les premières années au monastère furent rudes pour le jeune homme. Il devait lutter quotidiennement pour ne pas succomber à la haine ou à la colère, principalement envers tous ces touristes qui passaient par là et qui se dirigeaient vers Carmina. Nombres de jeunes prétentieux, musiciens, mannequins et artistes en tout genre à qui il se serait fait le plus grand plaisir de rabaisser le caquet, mais il s'était promis de changer et il lutta ardemment pour rester impassible face aux interventions venues de l'extérieur.

    La vie était paisible, bien trop paisible pour quelqu'un comme Solomon. C'est l'un des pères du monastère qui le comprit le premier. Il fallait canaliser toute cette énergie quelque part. On lui fit tout d'abord faire le ménage et les corvées, puis on lui enseigna les dogmes et l'histoire des dieux, des anges, mais rien n'y faisait. Cet endroit avait beau le vider de son énergie, le calme et l'ennuie l'énervait au plus haut point. C'est ainsi qu'un beau jour, le père Adrian finit par le prendre à part pour lui inculquer un rituel étrange et complexe : la magie du Take over. « Tu ne pourras devenir un autre que lorsque tu auras obtenu la patience nécessaire pour apprendre ce rituel », des paroles qui avaient touché le jeune prêtre au plus profond de son âme. Lui qui voulait se forger une nouvelle vie, il allait tout donner pour y parvenir.

    Borné et impatient comme il était, il lui fallut du temps, beaucoup de temps, vraiment beaucoup de temps afin de comprendre et d'assimiler cet étrange rituel. Un rituel qui, en soit, n'avait aucune utilité apparente. On lui avait juste imposé de l'apprendre en lui faisant croire que cela finirait par le changer. C'est sous la tutelle avisée du père Adrian que Solomon effectua chaque jour les mêmes gestes, pendant quatre longues années. Il ne s'agissait pas simplement de tracer un cercle au sol, d'y déposer adroitement des bougies et de les allumer. Non, cela demandait beaucoup plus de concentrations. Une fois au centre du cercle, il devait réciter prières et versets, appris par cœur et dans un ordre bien précis. Mais ce n'était pas tout ! Il devait aussi se vider complétement l'esprit, laisser place au vide, sentir la magie qui était en lui se déverser dans ces prières enchanteresses.

    Jour et nuit il s'entraînait et, en X775, il en avait totalement oublié le monde extérieur. Il n'y avait plus que lui et cette foutue magie qui ne voulait pas rentrer dans son crâne. Et pourtant, c'est cette année-là qu'il finit par compléter totalement le rituel. Il y parvenait même les yeux fermés ! C'était incroyable ! Même le père Adrian n'en revenait pas, comment quelqu'un d'aussi arrogant que Solomon avait fini par changer à ce point ?
    Lorsque le jeune prêtre finit par demander, après 4 longues années d'acharnements, quelle était la véritable utilité de ce rituel, son maître ne put s'empêcher de rire en lui disant « Si, un jour, tu croise un ange, il te sera peut-être utile ! ». Alors c'était tout ? Il avait fait tout ça pour... Rien ? Un rituel qui ne lui servirait probablement jamais au final... Où est ce qu’il pourrait dénicher un ange avec lequel faire un pacte ? C’est une question qui le hanta continuellement à partir de cet instant.

    Pour rien, peut-être pas, Solomon avait bel et bien changé. Il n'était plus du tout le même qu'auparavant et ce n'était plus les mêmes désirs, ni les mêmes pulsions qui le dominaient désormais. Il ne pouvait s'empêcher d'en vouloir au père Adrian de lui avoir fait apprendre ce rituel inutile, de s'en vouloir pour ne pas avoir demandé plus tôt son utilité, mais, dans le fond, il devait bien admettre que cela avait fonctionné.





    Chapitre III






    Homme nouveau, il fut envoyé à Crocus où une famille de noble avait quémandé les services d'un tuteur pour leur enfant. Le manoir des Heaven, le prêtre n'avait jamais vu de tels édifices auparavant. C'était vraiment quelque chose d'incroyable, d'indescriptible à ses yeux, il n'en revenait pas. Et, pour une fois depuis très longtemps, il n'éprouvait pas de haine envers cette famille qui l'avait accueillie. Non, il éprouvait presque de l'amour, peut-être même de la jalousie, mais il s'y sentait bien. La jeune enfant dont il devait s'occuper s'appelait Myrcella, elle avait cinq ans et il s'agissait d'une ravissante petite fille, très douée et qui apprenait très vite. Puis, deux années plus tard, alors qu’ils s’étaient éloignés du grand manoir familial pour rejoindre la campagne, vint l'arrivé d'un deuxième enfant : Lucas Heaven. Lui aussi s'avéra être un très bon élève.

    Les années s'écoulèrent et, chaque soir, le prêtre répétait le même étrange rituel dans sa chambre. Il ne lui serait probablement jamais utile, mais cela lui faisait du bien de s’en remémorer les gestes, cela lui permettait de se souvenir qu'il avait changé, qu'il était devenu quelqu'un de raisonnable.

    X788, il avait trente-neuf ans maintenant et son affection pour les deux adorables bambins n'avaient cessé de croître d'année en année. Malheureusement, cette année-là fut sa dernière auprès des Heaven. En effet, le jeune Lucas fut retrouvé mort et la colère de Basch Heaven ne tarda pas à s'abattre sur les terres. Solomon eut droit à toutes sortes d'injures, sa tutelle auprès des enfants avait, selon lui, joué un rôle important dans la mort de son fils. Ce n'était pas un avis que partageait sa femme, Sarah Heaven, qui demanda au prêtre de veiller sur sa fille tandis qu'elle quittait le cocon familial. Elle alla à Carmina et Solomon retourna à son monastère, il la surveillait, la protégeait et veillait à ce qu'il ne lui arrive rien sans qu'elle n'en sache quoique ce soit.

    Puis, arriva le jour où la jeune fille devint suffisamment mature pour entrer dans une guilde. Son rôle de protecteur était fini et cela allait lui manquer... C'est en suivant Myrcella que le prêtre décida lui aussi de prendre en main sa vie, de devenir enfin quelqu'un, après 42 ans d'existence. Il finit par postuler auprès de Quatro Cerberus, guilde réputée pour ses missions de protections. Après tout, il ne savait faire que cela et puis, qui sait, peut-être qu'en servant à leur côté, il finirait par avoir besoin de se servir de la seule magie qu'il connaissait... Peut-être qu’il finirait par trouver l’ange qu’il recherchait et sceller un pacte avec ce dernier, peut-être …

    Juste avant qu’il n’entame son périple en direction du Val, le père Adrian décéda. Une triste nouvelle, il avait été pour lui comme un père, un mentor, il lui avait tout montré et c’était grâce à lui qu’il avait pu changer. Sur son lit de mort, ledit mentor offrit au prêtre la chance de sceller un pacte avec son ange. Adrian n’en aurait plus besoin là où il irait. Mais Solomon ne possédait que de quelques instants, précédant la mort de son maître, pour tenter de s’approprier l’ange. Rendant son dernier soupir, Adrian libéra son divin serviteur d’un pacte qui les liait depuis longtemps. Ni une, ni deux, les larmes aux yeux, le prêtre en deuil s’était appliqué à réaliser le rituel qu’il avait passé de longues années à entretenir. Une créature magnifique se dressait face à lui, l’éblouissant de sa resplendissante lumière divine. Des gerbes d’étincelles magiques volaient et sifflaient ça et là, l’ange semblait tout aussi attristé par la perte de son maître que Solomon l’était. Finalisant son rituel, canalisant toute son énergie, il tendit une main en direction de l’ange. Les deux mains s’effleurèrent à peine avant que l’ange ne disparaisse et implose d’une lueur aveuglante. Un pacte muet venait d’être scellé, son premier pacte et il espérait bien que ce ne serait pas son dernier.




= = = = = = = = = = = = = =

HRP



    Prénom : Loïc

    Âge : 20ans

    Personnage utilisé pour votre avatar : Fujimoto Shiro (Ao no exorcist)

    Comment avez-vous connu le forum ? Grâce à Myrcella Heaven, à qui je dis depuis un bon moment (trop longtemps O_O) qu'il faudrait que je m'inscrive ^^

    Expérience RP : J'ai eu l'occasion de faire pas mal de jeu de rôle sur table ^^ Pas mal de forum rp aussi, mais avec les études j'ai dû laissé le rp de côté pendant un moment :/ Donc me revoilà prêt à rp après un petit moment d'abstinence Very Happy

    Caractère : Hm... A l'écoute, calme et joyeux... Peut être un peu taquin sur les bords, mais ça reste gentil xD Et très rarement en colère, il faut vraiment y aller pour réussir à m'énerver >.<


Solomon Wayland :p

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Drago Malefoy ♣ Andrew Hurthlake ♣ Ezekiel Wayland ♣ Jace Donovan ♣ Merrick Herondale ♣ Shane Danvers ♣ Jolan Sutherland ♣ Kate Banks ♣ Jynx N. Caine (♣ Heath St John)
» Il n'y a de la place que pour un monstre. [Pv: Solomon Grundy]
» Wayland games
» LES POEMES DE ROBERT E HOWARD
» Don't judge me, I was born to be awesome, not perfect || Alexandra Wayland]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Vestiges de Valhérün :: Renseignements administratifs :: Le registre-